Ascendantes

Ascendante ocre, 2000, Pigments sur toile, 130 x 97 cm
Ascendante bleue #1, 2002, Huile sur toile, 116 x 89 cm
Ascendante blanche, 2008, Huile sur toile, 100 x 100 cm
Ascendante rose #1, 2008, Huile sur toile, 100 x 100 cm
Ascendante bleue #2, 2003, Huile sur toile, 130 x 97 cm
Ascendante Vaudou, 2008, Huile sur toile, 130 x 97 cm
Ascendante rose #2, 2011, Huile sur toile, 130 x 97 cm
Ascendante noire bleue, 2003, Huile sur toile, 130 x 97 cm
Ascendante bleue #3, 2013, Huile sur toile, 40 x 40 cm

Avant que le végétal ne rende la pierre poreuse et que l’animal ne peuple la planète, et donc bien avant que l’homme ne courre le monde, il a bien fallu que ce qui n’était pas encore le « monde » rêve de sortir du vague et du vide opaque et cruel dont nous parlent les textes des origines et qu’il rêve d’une énergie de vie et de mort, de distinction et d’émergence, de verticalité, d’ouverture, de multiplication et de différenciation, toute cette énergie différenciatrice à partir de laquelle le végétal et l’animal se sont répandus. Mais avant, il a bien fallu que la masse devienne vibration, pulsation sourde, fracture, élan et fertilité.

Bernard Cier, critique d’art et philosophe