Arbres & Verticales

Arbre #1, 1996, Huile sur toile, 73 x 64 cm
Arbre #2, 2006, Tempera, 60/60 cm
Verticale #1, 2007, Tempera, 31 x 52 cm
Verticale #3, 2007, Tempera, 29 x 52 cm
Verticale #2, 2007, Tempera
Verticale #4, 2011, Tempera, 33 x 57 cm
Verticale #5, 2011, Tempera, 32 x 57 cm
Verticale #6, 2009, Tempera, 66 x 32 cm
Verticale #7, 2008, Tempera, 74 x 32 cm
#8, 2010, Encre de chine
#9, 2010, Encre de chine
#10, 2010, Encre de chine
#11, 2011, Encre de chine
#12, 2011, Encre de chine
#13, 2011, Encre de chine

Quelque chose d’héroïque dans le flux éruptif, sans début ni achèvement, donne à sentir que le peintre a dû se mettre lui-même dans un état de conscience tel qu’il laisse monter ce jaillissement par le truchement de la main et de sa propre réceptivité. Le mouvement est à l’œuvre. Cette non-figuration contient une pulsion qui ne se situe pas dans l’imaginaire. C’est un appel surconscient de lucidité, c’est-à-dire une dialectique de lumière intérieure vers le dehors. Il s’agit d’un rayonnement actif dont on suppose que, dirigé vers le haut, il s’adresse aussi à ses interprètes spectateurs comme une proposition. Exercice de pensée et de sensibilité réunies.

Tita Reut poète, écrivain et éditrice